larmes

Tristesse

J’ai perdu ma force et ma vie
Et mes amis et ma gaieté ;
J’ai perdu jusqu’à la fierté
Qui faisait croire à mon génie

Quand j’ai connu la Vérité,
J’ai cru que c’était une amie ;
Quand je l’ai comprise et sentie,
J’en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d’elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu’on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
est d’avoir quelquefois pleuré.

Poésies nouvelles, 1840.

Alfred de Musset

The following two tabs change content below.

Hélène

Hélène. Eclat du soleil. "Epanouie, ravie, ruisselante" même sous la pluie ! Amoureuse des mots, de la vie, de la nature, des chats (roux) et dingue de musique ! Gourmande. Lis toujours plusieurs livres à la fois.

Derniers articles parHélène (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *